Chevrolet Volt : le prototype électrique de GM capable de supprimer presque totalement la nécessité de faire le plein.

Classé dans : Actualités - Chevrolet (USA) | 0

Bénéficiant d’une ligne sportive et agressive, la berline prototype Chevrolet Volt est animée par le Système E-flex, un nouveau système de propulsion électrique GM qui élimine quasiment l’obligation d’aller remplir le réservoir.

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

La Chevrolet Volt est une quatre places alimentée par une batterie dont le moteur à essence ne sert qu’à offrir un peu plus d’électricité pour augmenter son rayon d’action. La Volt bénéficie de toute l’expérience acquise par GM dans le domaine de la propulsion électrique moderne, marché qu’il a créé en lançant la EV1 en 1996, selon le Vice-président de GM, Robert A. Lutz.

« La EV1 a été une étape importante en matière de propulsion sur batterie, et elle fut une réussite extraordinaire, » poursuit Lutz. « Et pourtant les véhicules électriques ont généralement des limites. Ils ont une autonomie mesurée, une place limitée pour les passagers et les bagages, ne peuvent gravir des cols ou faire fonctionner la climatisation sans épuiser la batterie, et n’ont aucun moyen de vous ramener chez vous lorsque la batterie est à plat. »

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

« La Chevrolet Volt est un nouveau type de véhicule électrique. Avec elle, le problème de l’autonomie est résolu, et elle offre assez de place pour les passagers et leurs affaires. Vous pouvez gravir des montagnes ou utiliser l’air conditionné sans arrière-pensée. »

La Volt peut conserver sa charge maximale si elle est branchée sur une prise secteur 110 volts pendant six heures par jour. Quand la batterie lithium-ion est totalement chargée, la Volt peut parcourir plus de 60 kilomètres en ville sur ses ressources purement électriques. Quand la batterie est à plat, un moteur 3 cylindres turbo de 1 litre s’enclenche à un régime constant (en tours/minute) pour fournir de l’électricité et recharger la batterie. Ce qui assure, affirme Bob Lutz, un gain en consommation et en rayon d‘action.

« Si vous vivez dans un rayon de 50 kilomètres de votre travail (soit 100 km aller et retour) et que vous pouvez charger votre véhicule toutes les nuits une fois rentré chez vous, ou encore tous les jours à votre travail, vous consommerez environ 1,6 litre de carburant aux 100 km, » affirme Lutz. « Plus de la moitié des Américains vivent dans un rayon de 30 km de l’endroit où ils travaillent (soit 60 km aller-retour). Si c’est le cas, vous pourriez même ne jamais brûler une goutte de carburant durant toute la durée de vie de la voiture. »

Au cas où le conducteur aurait oublié de recharger sa voiture, ou s’il faut partir en vacances et faire un long voyage, la Volt ne consomme malgré tout que 4,7 L/100 km en utilisant son moteur pour convertir l’essence en électricité. Son autonomie est ainsi de 1.030 km, plus du double d’un véhicule classique actuel. En outre, la Chevrolet Volt est conçue pour pouvoir fonctionner au E85, un mélange constitué de 85% d’éthanol et de 15% d’essence.

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

Pour que ce prototype devienne une réalité, il faut accomplir un bond technologique : une grosse batterie lithium-ion. Ce type de voiture électrique, que les spécialistes dénomment “EV range-extender” (véhicule électrique à système augmentant l’autonomie) exigerait une batterie pesant environ 180 kg. Certains experts affirment qu’une telle batterie – ou une batterie similaire – pourrait arriver sur le marché entre 2010 et 2012.

Jon Lauckner, vice-président GM chargé de la Gestion des projets internationaux, estime que la fonction principale de la Volt est de recevoir des solutions de propulsion techniquement avancées permettant de donner à GM un avantage concurrentiel.

« Les véhicules actuels sont conçus autour de systèmes de propulsion mécaniques utilisant comme base le pétrole, » remarque Lauckner. Les véhicules de demain devront être développés autour d’un nouveau principe de propulsion axé sur l’électricité. La Volt est le premier véhicule conçu autour du Système E-flex de GM.

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

« C’est pourquoi nous exposons également une variante de la Chevrolet Volt équipée d’une pile à combustible qui vient se substituer au moteur essence pour augmenter l’autonomie du véhicule électrique, » explique Lauckner. « On pourrait aussi envisager un moteur diesel pour entraîner le générateur produisant de l’électricité, fonctionnant au biodiesel. Enfin, on pourrait aussi réaliser un montage avec un moteur utilisant un carburant 100% éthanol. Ce qu’il faut retenir, c’est que toutes les alternatives sont possibles avec le Système E-Flex. »

Le prototype Volt est réalisé sur une plate-forme future modifiée, révèle Lauckner, semblable à celle que GM utilise pour sa gamme actuelle de petits véhicules, comme les Chevrolet Cobalt ou HHR.

Selon Larry Burns, GM vice-président pour la recherche et le développement et la politique de planning, tous les problèmes mondiaux actuels tournent autour de la demande croissante d’énergie et le besoin de pétrole du monde du transport.

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

« Que l’on soit préoccupé par la sécurité des approvisionnements en énergie, par le bouleversement du climat de la planète, par les catastrophes naturelles, par la hausse du prix des carburants, par l’envol du prix du baril de pétrole ou par les effets de cette insécurité sur la bourse à Wall Street, tous ces problèmes montrent qu’il faut arriver à une diversité des sources d’énergie, » fait remarquer Burns.

« Aujourd’hui, plus de 800 millions de voitures et de camions roulent dans le monde . Dans 15 ans, ce chiffre aura atteint 1,1 milliard de véhicules. Nous ne pouvons continuer à être à 98% dépendants du pétrole pour nos moyens de transport. Il faut débloquer la situation. Nous pensons que la Chevrolet Volt peut aider à trouver la diversité indispensable. Si l’on parvenait à faire rouler ne serait-ce que 10% du transport routier mondial à l’électricité, l’impact serait énorme. »

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

Une nouvelle ère pour l’automobile : l’électricité grâce au Système E-flex de GM.

Le Système E-flex de GM permet de monter des systèmes de propulsion différents sur une même plate-forme. Il se base sur l’électricité pour concourir à diversifier les sources d’énergie dans le monde, et rend plausible l’utilisation d’électricité fournie à partir de batteries.

« Ce qui constitue une automobile n’a pas varié en plus de cent ans, » constate Larry Burns. « Les véhicules fonctionnent toujours pour l’essentiel de la même manière que lorsque Karl Benz a lancé son premier carrosse sans cheval en 1886. »

« Nous continuerons à avoir des systèmes de propulsion mécaniques encore pendant de nombreuses décennies. Mais GM pense qu’il y a désormais place pour de nombreux types de véhicules électriques, qu’ils soient à pile à combustible ou bien électriques, avec un moteur thermique à essence ou diesel pour augmenter leur rayon d’action.

Grâce à notre système E-flex, nous pouvons produire de l’électricité à partir d’essence, d’éthanol, de biodiesel ou d’hydrogène. »
« Nous pouvons adapter le système de propulsion pour répondre aux besoins spécifiques et aux infrastructures d’un marché donné.

Il serait ainsi possible à un habitant du Brésil d’utiliser de l’éthanol à 100% (E100) pour alimenter le générateur de la voiture et recharger la batterie.

Un client de Shanghai pourrait profiter d’un hydrogène solaire pour alimenter une pile à combustible qui produira de l’électricité. Et pendant ce temps, un client en Suède utiliserait du bois pour créer un biodiesel. »

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

La Chevrolet Volt n’est que la première version basée sur le Système E-flex. La Volt utilise une grosse batterie et un petit moteur turbo essence de 1 litre, qui assure une production d’électricité suffisante pour parcourir 1.030 km avec une consommation ultrabasse. GM exposera d’autres variantes de son système de propulsion au cours des salons automobiles à venir.

« GM travaille sur une version à pile à combustible qui correspond au système de propulsion utilisé sur la Chevrolet Sequel (prototype à pile à combustible), » révèle Larry Burns. « Au lieu de faire appel à une grosse batterie et à un petit moteur comme générateur comme sur la Volt, nous allons utiliser un système de propulsion à pile à combustible avec une petite batterie qui récupérera l’énergie au freinage. Comme la Volt est petite et légère, nous n’aurons besoin que de la moitié du réservoir d’hydrogène utilisé sur la Sequel pour disposer d’environ 480 kilomètres d’autonomie. »

Les prototypes de demain utiliseront des générateurs diesel, biodiesel et E-100.

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

Les véhicules propres peuvent aussi être esthétiques.

Avec sa forme extérieure évoquant les voitures de sport classiques, la Chevrolet Volt communique immédiatement un message d’agilité et de sophistication. Un message renforcé par le dialogue entre ses roues de 21 pouces et sa carrosserie aux lignes pures et aux surfaces tendues.

La ligne musculeuse de la Volt fait mentir l’idée reçue qui veut qu’une voiture propre ne puisse être belle et avoir une esthétique en rapport avec ses caractéristiques techniques.

« Nous avons mis en commun nos ressources internationales pour donner naissance à la beauté formelle de la Volt, » expose Ed Welburn, vice-président de GM chargé du Design international. « Il était essentiel que le design conserve la face avant d’une Chevrolet, telle qu’elle est reconnue dans le monde entier. »

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

Dans la grande tradition Chevrolet, la ligne extérieure de la Volt suggère les performances. L’ensemble est élégant, marqué aussi par des rappels évoquant les grandes sportives de Chevrolet, comme la Camaro et la Corvette. A l’intérieur, nouveaux équipements et matières modernes s’associent avec l’utilisation ingénieuse de la lumière d’ambiance pour donner un habitacle lumineux, spacieux et inspiré.

« Avant tout, il s’agit d’un véhicule technologiquement avancé qui utilise très peu de carburant, voire pas de carburant du tout. Mais nous ne voyons pas pourquoi cela justifierait de transiger sur la qualité du design, » confie Anne Asensio, directrice exécutive de GM Design.

Anne Asensio dirige l’équipe de design qui a donné naissance au prototype Volt, mettant à profit les propositions de dessins venus des studios de design GM du monde entier.

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

« Nous voulions des dimensions qui soient adaptées à tout le monde, c’est pourquoi nous avons opté pour une petite voiture, » poursuit Anne Asensio. « Au final, c’est l’équipe de design intérieur anglaise qui a inspiré la réalisation finale de l’habitacle, tandis que le dessin extérieur est dû au travail de l’équipe de design avancé du Michigan. »

« Notre travail consistait à dessiner une voiture que tout un chacun pouvait facilement imaginer en rêve, » explique Anne Asensio. « Il ne s’agissait pas de faire une élucubration de science-fiction, car ce n’est pas du tout le sens de cette voiture. Elle devait être réaliste, réalisable, et porter les couleurs de la marque Chevrolet. »

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).
Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).

Quelques données techniques du Chevrolet Volt Concept

Longueur : 4.318 mm

Largeur : 1.791 mm

Hauteur : 1.336 mm

Pneus : 195/55/R 21

Diamètre de braquage : 11,2 à 11,5 m

Vitesse de pointe : 192 km/h

0 à 100 km/h : environ 8,5 sec.

Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).
Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).
Chevrolet Volt Concept (Detroit 2007).