Quarante-cinquième anniversaire de la première victoire BMW aux 24 Heures de Spa-Francorchamps.

Classé dans : Actualités - BMW | 0

BMW M3 GT2 (24 h. de Spa-Francorchamps 2010 )

 

Depuis la recréation en 1964 des 24 Heures de Francorchamps, BMW a quasiment été à chaque fois parmi les favoris à la victoire finale.

 

Ce qui explique, au moins partiellement, le record absolu de victoires détenu par la firme bavaroise dans cette épreuve (21 victoires absolues pour BMW. Suivent Alfa Romeo : 7 victoires et, ex aequo avec 6 victoires, Ford et Porsche…)

 

Après une éclipse de plusieurs années, due au changement de règlement qui privilégiait les GT1, BMW est revenue cette année avec de nouvelles ambitions de victoire absolue, surtout après la victoire aux 24 heures du Nürburgring.

Il s’en est fallu de quelques minutes pour que le retour de BMW soit gagnant.

 

Après ce coup du sort, les coupés M3 GT2 reviendront certainement l’année prochaine à Spa et tenteront une fois de plus de gagner cette 22e victoire qui s’est refusée in-extremis cette année.

 

 

Ci-joint le communiqué de presse de BMW Belgium


BMW M3 GT2 (24 h. de Spa-Francorchamps 2010 )

 

Quarante-cinquième anniversaire de la première victoire BMW aux 24 Heures de Spa-Francorchamps.


Avec pas moins de 21 victoires à son palmarès, BMW est la marque la plus titrée aux 24 heures de Spa-Francorchamps. Cette série impressionnante de victoires a été initiée en 1965 avec la victoire de Pascal Ickx et Gérald Langlois sur BMW 1800.

 

 

Le 30 juillet 2010, pas moins d’une quinzaine d’anciens pilotes BMW victorieux aux 24 Heures de Francorchamps ont été réunis à Spa-Francorchamps par BMW Belux pour célébrer la première victoire de la marque sur le circuit ardennais en 1965.

 

Parmi ces pilotes, les deux premiers vainqueurs, Pascal Ickx et Gérald Langlois, étaient particulièrement heureux de se retrouver après de longues années sans se voir.

 

Philipp von Sahr, Président & CEO de BMW Group Belux, a déclaré :

« Les 24 Heures de Francorchamps et BMW sont intimement liés depuis 45 ans.

C’est en partie sur ce merveilleux circuit que BMW a construit son image de fiabilité et de sportivité.

Aujourd’hui, après six ans d’absence, BMW Motorsport revient aux Total 24 Hours of Spa avec deux BMW M3.

Une de ces voitures a remporté les 24 Heures du Nürburgring cette année.

Aux 24 Heures du Mans, nous avons aligné la 17e BMW Art Car et l’équipe est plus motivée que jamais à réaliser une bonne performance en Belgique. »

Il a ajouté :

« Je tiens à remercier tous ces pilotes qui ont permis à BMW d’être la marque la plus titrée aux 24 Heures de Spa-Francorchamps, à l’image de ce que notre marque a réalisé aux 24 Heures du Nürburgring. »

 

BMW et Spa-Francorchamps, deux noms associés de longue date.

 

En 1938 déjà, l’équipe BMW avait remporté la Coupe du Roi avec trois BMW 328 classées à la troisième place ex-aequo, un exploit jamais renouvelé.

 

En 1965, soit lors de la deuxième édition de la nouvelle formule des 24 heures réservée aux voitures de tourisme, BMW réussit l’exploit de s’imposer avec Pascal Ickx et Gérald Langlois au volant de leur BMW 1800 TI/SA de 165 cv.

Parties favorites, les BMW 1800 vont occuper la tête de la course à tour de rôle avant de voir l’équipage 100% belge s’imposer.

 

BMW 2000 ti (24 Heures de Spa-Francorchamps 1966 : J. Ickx - H. Hahne )

 

Un an plus tard, une BMW 2000 Ti s’impose à nouveau.

Si le nom de Ickx s’ajoute au palmarès, il s’agit cette fois du frère de Pascal, Jacky Ickx qui, associé à Hubert Hahne (2e en 1964 aussi sur BMW), remporte ses premières 24 Heures après être parti en pole position.

 

En 1970, au terme d’une lutte acharnée, la BMW 2800 CS de Günther Huber et Helmut Kelleners (préparée par Alpina) s’imposera face à une rude concurrence.

 

Victoire en Groupe 1 en 1971, avec Alain Peltier et « Pedro » sur une BMW 2800 CS (6e place au général) et record du tour en course en 1972 pour l’équipage Peltier – Fitzpatrick – Ethuin à bord d’une BMW 2800 CS préparée par Schnitzer dont on retrouvera la signature lors de victoires ultérieures.

 

BMW 3.0 CSL (24 h. de Spa-Francorchamps 1973 Toine Hezemans - Dieter Quester  )

 

L’édition 1973 a été celle des exploits mais aussi des drames.

Pour la première fois, les BMW 3.0 CSL se présentent avec un aileron arrière, une première aux 24 Heures de Spa-Francorchamps.

L’équipage d’usine Stuck-Amon réalise la pole position à une vitesse moyenne de 221,876 km/h (meilleur temps en course aussi à 221,586 km/h) devant deux autres BMW.

Après avoir mené depuis le départ, la BMW de Joisten est victime en soirée d’une sortie de route fatale au pilote Allemand et à Roger Dubos.

Au terme de cette course dramatique et particulièrement rapide ce sont Toine Hezemans et Dieter Quester qui termineront à la première place au volant de leur BMW 3.0 CSL.

 

BMW 3.0 CSL (24 h. de Spa-Francorchamps 1973 Toine Hezemans - Dieter Quester  )

 

La période belge

 

Bien connu des amateurs et après avoir déjà aligné des BMW à Francorchamps, le «sorcier» de Comblain-au-Pont, Luigi Cimarosti, remporte une première victoire en 1974 grâce à ses pilotes Alain Peltier et Jean Xhenceval (Pierre Dieudonné étant pilote de réserve sur cette voiture) et leur BMW 3.0 CSi, sans aileron arrière.

 

Luigi doublera la mise en 1975 avec le même Jean Xhenceval et Hughes de Fierlant (et toujours Pierre Dieudonné en pilote réserve) au volant de leur BMW 3.0 CSi.

Ils devancent une autre BMW 3.0 CSi, celle de « Pedro » et Yvette Fontaine.

À noter la pole position et le meilleur temps en course réalisés par Alain Peltier (BMW 3.0 CSL).

 

Alors que tout le monde attend les BMW Luigi déjà victorieuses à cinq reprises en championnat d’Europe, c’est une autre BMW qui permet à la marque à l’hélice de remporter sa 7e victoire dans les Ardennes belges en 1976.

Alors qu’Alain Peltier a une fois de plus réussi la pole position, les BMW Luigi sont victimes de problèmes à répétition.

L’équipage amateur composé de « Chavan », Jean-Marie Detrin et du Luxembourgeois Nico Demuth passe le drapeau à damier en première position avec une BMW 3.0 CSL.

L’équipe Luigi se consolera en remportant le championnat d’Europe avec Jean Xhenceval et Pierre Dieudonné.

 

C’est un autre préparateur belge qui est à l’origine de la victoire de Jean-Claude Andruet Eddy Joosen en 1977.

Julien Mampaey, plus connu sous l’appelation de son team Juma et père de Bart Mampaey, entame une nouvelle page de l’histoire de BMW à Spa-Francorchamps.

Après les Coupés 3.0, c’est maintenant au tour des nouvelles BMW Série 5 de faire leur apparition.

L’équipage franco-belge sera le dernier à remporter les 24 Heures pour BMW (530iUS) sur ce qui va devenir l’ancien circuit.

Une fois de plus, le meilleur temps en course aura été réalisé par une BMW, celle d’Alain Cudini (Garage Benoît) que l’on retrouvera quelques années plus tard à la fête.

 

Pour la dernière édition des 24 Heures sur le tracé historique, en 1978, c’est à une bagarre de tous les instants à laquelle les spectateurs auront eu droit.

Ce n’est qu’à une demi-heure de la fin de la course que la BMW 530i Juma de Dirk Vermeersch, Raymond Van Hove et Eddy Joosen doit laisser filer la Ford Capri de Gordon Spice Teddy Pilette.

L’équipe BMW – Luigi remporte toutefois la Coupe du Roi.

 

BMW 528i JUMA (Heyer - Joosen - Hahne - 24 h. de Spa-Francorchamps 1982)

 

C’est en 1982 que l’équipe BMW Juma renoue avec la victoire.

Cette fois, avec une BMW 528i pilotée par Hans Heyer, Eddy Joosen (pour la deuxième fois) et Armin Hahne. Dieter Quester étant pilote réserve.

 

Une année triomphale pour BMW puisque pas moins de 8 voitures sont classées dans les dix premières places dont les six premières.

À noter également la deuxième place de la BMW 528i de Waterloo Motors pilotée par l’acteur Jean-Louis Trintignant épaulé par le pilote de F1 Jean-Pierre Jarier et le jeune Thierry Tassin.

 

À la troisième place, on trouve un troisième préparateur BMW, Eggenberger, avec au volant de la 528i, Umberto Grano, Siegfried Müller et le vainqueur de l’édition 1970, Helmut Kelleners.

 

Après avoir été classé deuxième, la seule progression possible est de gagner.

C’est ce que réalise Thierry Tassin qui monte d’une marche en 1983 pour s’imposer en compagnie d’Hans Heyer et d’Armin Hahne (deuxième victoire consécutive pour les pilotes allemands).

Une fois de plus c’est l’équipe Juma qui s’impose mais avec la nouvelle BMW 635 CSi cette fois.

Derrière le team belge, on trouve l’équipe allemande Schnitzer dirigée par Charly Lamm avec au volant Dieter Quester, Manfred Winkelhock et Carlo Rossi.

Le préparateur allemand n’attendra pas longtemps avant de prendre sa revanche.

 

L’époque Schnitzer

 

Si, pour BMW, l’édition 1984 ne se termine qu’avec une deuxième (Tassin, Cudini, Snobeck pour Juma), troisième (Stuck, Quester, Weaver pour Schnitzer) et quatrième place (Thibaut, Gartner, Guitteny pour Juma) ainsi que le meilleur temps en course pour Bruno Giacommelli, l’année suivante est celle de la revanche pour Schnitzer.

L’équipe allemande dirigée par Charly Lamm impose deux voitures supportées par BMW Belgium.

Les BMW 635 CSi de Roberto Ravaglia, Gerhard Berger et Marc Surer suivie par celle de Dieter Quester, Markus Oestreich et Johnny Cecotto prennent les première et deuxième places ainsi que le meilleur tour en course pour Markus Oestreich.

 

Même scénario en 1986 mais avec une coloration plus belge cette fois puisque « TT », Thierry Tassin signe sa deuxième victoire, cette fois en compagnie de Dieter Quester et de Atfrid Heger.

Pas de doublé pour Schnitzer cette fois mais BMW reste à la fête puisque la marque à l’hélice occupe les quatre premières places.

L’équipe CiBiEmme (M. Micangeli, M. Micageli, C. Rossi) prend la deuxième place devant la deuxième BMW Schnitzer de Ravaglia, Berger et Pirro qui précède la BMW française de Bavaria Automobiles (Metge, Sourd, Hazebrouck).

Toutes ces voitures sont une encore des BMW 635 CSi.

 

1987 marque le passage de témoin entre la BMW 635 CSi et la nouvelle BMW M3.  

Schnitzer passe aussi le témoin à CiBiEmme, mandaté par Waterloo Motors, qui impose un équipage 100% belge, le premier depuis 1980.

Déjà vainqueur en 1979 et 1980, Jean-Michel Martin est associé à Didier Theys et Eric van de Poele.

Ce dernier ne sera pas sur le podium en raison d’une course disputée au même moment en Allemagne…

Les M3 réussissent la passe de trois avec Bigazzi (Perez-Sala, Grouillard, Vogt) et le Garage du Bac (Giroix, Fabre, De Drijver) sans oublier les 5e et 7e places pour les M3 de Linder Rennsport.

Un triomphe pour la nouvelle arme de BMW.

 

L’année suivante voit Charly Lamm prendre une nouvelle revanche grâce à la BMW M3 Evo.

L’équipage composé de Roberto Ravaglia, Altfrid Heger et Dieter Quester (Eric van de Poele en pilote réserve) constitue le millésime 1988.

La fiabilité et l’organisation de l’équipe Schnitzer paye une fois de plus face à des rivaux, cette année-là plus rapides en pointe.

C’est le troisième succès en quatre ans pour l’équipe de Freilassing.

 

En 1989, l’équipe Schnitzer devra accepter une deuxième place, toujours avec une BMW M3 Evo tandis que 1990 enregistrera un doublé BMW.

L’équipe Schnitzer est revenue en force et impose l’ancien champion moto Johnny Cecotto associé à Fabien Giroix et Markus Oestreich sur une BMW M3 Sport Evo.

Marc Duez, Christian Danner et Dieter Quester prennent la deuxième place alors que le team Bigazzi finit quatrième (J-M Martin, S. Soper et A. Hahne) devant le team Linder (A. Heger, F. Engstler, P. Slaus), également avec des BMW M3 Sport Evo.

 

BMW M3 Sport Evo BIGAZZI (Soper - Danner - Martin - 24 h. de Spa-Francorchamps 1992)

 

Deux ans plus tard, en 1992, les rôles seront inversés.

Bigazzi remporte l’épreuve grâce à une BMW M3 Sport Evo pilotée par Steve Soper, Christian Danner et une nouvelle fois Jean-Michel Martin (son quatrième succès).

Schnitzer (van de Poele, Heger, J. Winkelhock) finit deuxième, après avoir mené jusqu’à l’avant-dernier tour, devant la BMW M3 Sport Evo du team Bigazzi (A. Hahne, B. Beguin, E. Joosen).

 

Les années paires réussissent plutôt bien aux BMW.

En 1994, les nouvelles voitures répondant au règlement Supertourisme FIA 2L, des BMW 318iS, prennent les quatre premières places devant une BMW 325i qui précède… 3 BMW M3 soit les huit premières places occupées par BMW.

Thierry Tassin remporte sa troisième victoire aux 24 Heures de Spa-Francorchamps, cette fois en compagnie d’Alexander Burgstaller et de Roberto Ravaglia. Bigazzi reprend la main !

 

BMW 318iS BIGAZZI (Tassin - Burgstaller - Ravaglia - 24 h. de Spa-Francorchamps 1994)

 

Une fois de plus, le team Schnitzer ne s’en laisse pas compter et repart à l’attaque en 1995 avec deux voitures face aux deux BMW Bigazzi.

Au terme d’une épreuve marquée par l’incendie de la BMW Schnitzer de Thierry Tassin, c’est la BMW 320i de Steve Soper, Peter Kox et Joachim Winkelhock qui remporte la course, la cinquième victoire pour le team Schnitzer.

 

C’est avec des équipiers avec qui il a déjà partagé le volant que Thierry Tassin prend le départ en 1996.

Il a déjà gagné avec Alexander Burgstaller en 1994 et a roulé avec Jörg Müller l’année précédente.

Les BMW 320i du team Bigazzi font merveille tout au long de la course et s’imposent à l’issue des 24 heures règlementaires.

Thierry Tassin rejoint Jean-Michel Martin au nombre de victoires (4), Alex Burgstaller double la mise et Jörg Müller inscrit son nom au palmarès.

Une fois encore BMW fait main basse sur les places d’honneur avec pas moins de 13 voitures classées dans les quinze premiers, dont les quatre premières places, la victoire en groupe 1, groupe 2 et groupe 3 (2001-3000 cc) pour l’équipage féminin Florence Duez, Kate Raffanelli et Yolanda Surer.

 

Les années se suivent et se ressemblent pour BMW.

1997 voit une fois encore BMW remporter les trois premières places.

Pour la deuxième fois, après Johnny Ceccoto, un ancien champion moto monte sur la première marche, un Belge cette fois.

Didier de Radiguès accompagné de Marc Duez, dont c’est la première victoire à Spa-Francorchamps après 20 ans d’attente et le Français Eric Hélary montent sur la plus haute marche du podium.

La deuxième BMW 320i Bigazzi pilotée par l’ancien champion du monde F1 Nelson Piquet, Johnny Ceccoto et Joachim Winklehock finit à la deuxième place.

À noter également la victoire en catégorie Ecotech et la troisième place au classement général de la BMW 318 tds officielle de Kox, Menzel et Naspetti.

 

Reprenant le flambeau de son père Julien, Bart Mampaey prouve que bon sang ne saurait mentir.

En 1998, il offre la vingt-et-unième victoire à BMW et permet à Marc Duez de faire la passe de deux.

Eric van de Poele qui lui est associé avec Alain Cudini, peut enfin monter sur le podium après en avoir été absent lors de sa victoire en 1987.

 

Avec un palmarès de 21 victoires, 20 deuxièmes places, 12 troisièmes places et 6 Coupes du Roi, BMW a plus que marqué l’histoire des 24 Heures de Francorchamps en tourisme.

 

BMW M3 GTR (24 h. de Spa-Francorchamps 2004)

 

Pour la deuxième fois de son histoire, BMW est présent dans l’épreuve réservée aux GT.

Après avoir remporté sa catégorie en 2004, BMW Motorsport aligne en 2010 deux BMW M3 en Groupe National.

 

BMW M3 GT2 (24 h. de Spa-Francorchamps 2010 ) © DPPI/_FIA GT

 

Les 21 victoires BMW aux 24 Heures de Spa-Francorchamps.

 

Année

Type voiture Pilote Pilote
Pilote

1965

BMW 1800 Ti/SA  Pascal Ickx Gérard Langlois van Ophem

1966

BMW 2000ti   Hubert Hahne   Jacky Ickx
1970 BMW 2800CS Günther Huber Helmut Kelleners

1973

BMW 3.0 CSL Toine Hezemans Dieter Quester

1974

BMW 3.0 CSi Jean Xhenceval Alain Peltier Pierre Dieudonné (pilote réserve)
1975 BMW 3.0 CSi Jean Xhenceval Hughes de Fierlandt Pierre Dieudonné (pilote  réserve)

1976

BMW 3.0 CSL Jean-Marie Detrin Nico Demuth Charles Van Stalle

1977

BMW 530iUS Eddy Joosen Jean-Claude Andruet

1982

BMW 528i Hans Heyer Eddy Joosen  Armin Hahne

1983

BMW 635 CSi Thierry Tassin  Hans Heyer  Armin Hahne

1985

BMW 635 CSI Roberto Ravaglia  Gerhard Berger  Marc Surer

1986

BMW 635 CSI Dieter Quester Thierry Tassin  Altfrid Heger

1987

BMW M3 Jean-Michel Martin   Didier Theys Eric van de Poele

1988

BMW M3 Altfrid Hege Dieter Quester  Roberto Ravaglia
1990 BMW M3 Fabien Giroix Johnny Cecotto Markus Oestreich
1992 BMW M3  Steve Soper  Jean-Michel Martin Christian Danner
1994 BMW 318is Roberto Ravaglia Thierry Tassin Alexander Burgstaller
1995 BMW 320i Joachim Winkelhock Steve Soper  Peter Kox
1996 BMW 320i Jörg Müller   Thierry Tassin  Alexander Burgstaller
1997 BMW 320i Didier de Radigues  Marc Duez Eric Hélary
1998 BMW 318i Marc Duez Eric van de Poele

Alain Cudini

 

 

BMW M3 GT2 (24 h. de Spa-Francorchamps 2010 )