Audi et les carburants synthétiques : de nouveaux ersatz ?

Audi intensifie le développement des carburants synthétiques à partir d’une source d’énergie hydraulique renouvelable.

Audi s’est associée avec Ineratec GmbH et Energiedienst Holding AG pour construire une toute nouvelle usine pilote destinée à la production de diesel de synthèse (e-diesel) dès 2018.

Situé à Laufenburg, dans le canton suisse d’Argovie, ce nouveau complexe sera capable d’en produire 400.000 litres par an.

Audi travaille depuis de nombreuses années à la réduction de son empreinte écologique en développant des carburants alternatifs comme l’e-gaz, l’e-gasoline et le diesel synthétique, l’e-diesel. La mise en place de la nouvelle unité pilote de Laufenburg marque une étape importante dans la production de ce dernier, car elle permettra de le fabriquer en quantités réduites et de le rendre plus économique.

L’e-diesel d’Audi permet aux moteurs conventionnels de fonctionner de façon neutre en CO2 puisqu’il est produit à partir de l’hydroélectricité excédentaire de l’usine. L’énergie verte générée sur le site de la centrale hydroélectrique produit de l’hydrogène (H2) et de l’oxygène (O2) à partir de l’eau (H2O) par électrolyse.

L’hydrogène (H2) réagit ensuite avec du CO2, en utilisant une technologie de micro-traitement innovante très compacte.

Ce CO2 peut être obtenu à partir de l’atmosphère ou de gaz produits par des déchets organiques, ce qui, comme pour tous les carburants synthétiques d’Audi, constitue le seul rejet carbonique. Il en résulte la formation d’hydrocarbures qui sont ensuite raffinés en e-diesel, mais également en cires utilisées dans d’autres secteurs industriels.

Pour synthétiser ces réactions, l’obtention d’hydrocarbure dont du e-diesel se produit donc en plusieurs étapes distinctes :

  1. Électrolyse de l’eau afin d’obtenir de l’hydrogène (H2)

  2. Utilisation de cet hydrogène avec du dioxyde de carbone (CO2) pour la réaction de Dussan ou réaction de conversion du gaz à l’eau (« reverse water gas shift reaction » ou en abrégé RWGSR) qui produit de l’eau et du monoxyde de carbone (CO) :
    C
    O2 + H2 –> CO + H2O
  3. Utilisation du monoxyde de carbone produit pour réaliser la réaction Fischer-Tropsch(1) qui provoque la catalyse celui-ci avec de l’hydrogène pour produire des hydrocarbures dont le e-diesel.

 

Ces deux réactions sont exothermiques et produisent donc de la chaleur qui sera récupérée.

Le planning de construction de cette nouvelle usine sera présenté dans les prochaines semaines, et les travaux débuteront dès le début de l’année prochaine. Les premiers litres d’e-diesel devraient être produits en 2018.


(1) Pendant la Seconde Guerre mondiale, la réaction Fischer-Tropsch a été abondamment exploitée par l’Allemagne nazie pauvre en ressources pétrolières mais qui disposait d’important gisements en charbon. Grâce à cette technique, elle a pu produire des carburants synthétiques (ersatz)

Automania Team

Laissez un commentaire

80 ÷ = 20