L’Alfa Romeo 8C Competizione 2007 en avant-première mondiale Mondial de l’Automobile de Paris.

Le Salon de Paris marque les débuts de la version définitive de la très séduisante Alfa 8C Competizione, “Grand Tourisme” exclusive qui sera disponible en édition limitée.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

Conçue par Alfa Romeo, elle dérive directement du concept car qui suscita l’admiration des visiteurs du Salon de Francfort 2003 et elle a fait appel aux meilleures ressources techniques et industrielles du Pôle Sportif Alfa-Maserati. En particulier, la coopération entre les deux Marques s’est déroulée selon une politique d’intégration entre les fonctions conception d’Alfa Romeo et les capacités de production de Maserati.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

La 8C Competizione s’inspire du passé glorieux du Constructeur, dont elle réactualise les valeurs de la technologie et de l’émotion. Son nom déjà évoque la grande tradition sportive d’Alfa Romeo. En effet, le sigle 8C caractérisait, dans les années 30 et 40, les voitures (tant de compétition que routières) équipées du très révolutionnaire moteur huit cylindres mis au point par le concepteur Vittorio Jano. Le terme « Competizione », quant à lui, se veut un hommage à la “6C 2500 competizione”, coupé de sport confié en 1950 au mythique équipage Fangio – Zanardi lors de la célèbre “Mille Miglia”.

Alfa Romeo 8C 2900 B.

Donc, « 8C Competizione », loin d’être un nom de fantaisie, est un trait distinctif de l’histoire sportive de la Marque. D’ailleurs, le mythe d’Alfa Romeo a été forgé sur les circuits du monde entier, grâce au talent et à la passion des hommes, au développement de moteurs et de technologies avant-gardistes ainsi qu’au goût sans cesse renouvelé du défi.

Alfa Romeo 8C 2900 (Le Mans 1938).

Ce lien étroit avec les valeurs historiques d’Alfa Romeo confère une signification encore plus importante au terme “Competizione” : résolument projeté vers l’avenir, il évoque le dynamisme qui a toujours caractérisé la Marque, à la constante recherche de l’excellence, de la compétitivité et de l’innovation technologique. C’est pourquoi cette nouvelle voiture, loin d’être le simple aboutissement d’un projet industriel, se veut un point de départ pour réaffirmer l’unicité d’Alfa Romeo dans le monde : la capacité de conjuguer l’émotion des lignes avec un plaisir de conduite imbattable.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

Style et aérodynamique : tradition et innovation.

Cette stricte “deux places”, aux lignes séduisantes, n’a pas d’équivalent dans le paysage des modèles “Grand Tourisme”. Grâce à l’excellent travail accomplis par les concepteurs, les exigences aérodynamiques et de performance n’ont absolument pas modifié le concept d’origine de la voiture. En effet, les formes gardent intacte leur sobriété, sans être alourdies par des éléments susceptibles d’en compromettre l’harmonie.

Alfa Romeo 8C Competizione Concept (Frankfurt 2003)

Les solutions adoptées sur l’Alfa 8C afin d’atteindre l’excellence aérodynamique, ne concernent pas uniquement le dessin des formes. L’air enveloppe la voiture et suit son parcours naturel, sans être entravé par des angles vifs ou des irrégularités. Les surfaces, le galbe des montants, le profilé des vitres ainsi que la forme et l’emplacement des rétroviseurs extérieurs ont été optimisés à l’aide de calculs assistés par ordinateur et au cours de tests en soufflerie et sur piste. Enfin, une attention particulière a été portée à l’effet “de sol”.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

En particulier, l’étude aérodynamique sophistiquée a permis d’obtenir un Cz (coefficient de déportance) négatif qui, comme sur les voitures de compétition, contribue à améliorer la stabilité à grande vitesse.

En outre, les dimensions compactes évoquent l’agressivité d’une voiture pensée pour garantir une conduite toujours performante.

Alfa Romeo 8C Competizione Concept (Frankfurt 2003)

Les surfaces de la voiture sont savamment sculptées et modelées. Par exemple, le motif horizontal “creusé” au niveau des passages de roue avant, vers le flanc, confèrent un dynamisme particulier à la carrosserie. Les roues de grandes dimensions et les puissants “muscles” des ailes arrière accentuent le tempérament et la force de ce modèle, sans pour autant alourdir ses lignes, qui s’élancent en souplesse pour mettre en valeur la beauté formelle des différents éléments. Signalons, entre autres, les projecteurs “en goutte” enchâssés dans l’aile avant ; les groupes optiques arrière par diodes, synthèse de technologie et rationalité ; le dessin épuré des poignées de portes. A l’avant, l’on retrouve les motifs de style typiques d’Alfa Romeo, avec une nouvelle interprétation des “moustaches” et de l’écusson.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

Ces lignes innovantes préfigurent les éléments et les proportions des futures voitures Alfa Romeo, tout en s’inspirant des modèles du passé : la 33 Coupé Stradale, la Giulia TZ et tant d’autres. Enfin, pour mettre en valeur les volumes de la 8C Competizione, le Centro Stile Alfa Romeo a mis au point de nouvelles teintes de carrosserie qui se marient parfaitement avec les formes sensuelles du modèle, en suggérant modernité et technologie évoluée.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

Moteur 8 cylindres 4.7 : Le “bel canto” italien.

Le moteur est le “cœur” de toute voiture Alfa Romeo. Dans ce cas, il s’agit d’un nouveau 8 cylindres en “V” de 90° de 4691 cm³, développé en vue de garantir des performances exceptionnelles, sans pour autant renoncer à la souplesse et à la fonctionnalité en toutes circonstances : sur piste comme en agglomération.

Ce moteur développe une puissance maximale de 450 CV à 7.000 tr/mn, un couple maximal de 470 Nm à 4.750 tr/mn, en tournant à un régime maximum de 7.500 tr/mn.
L’étude de la dynamique des fluides et du système de refroidissement de la culasse a permis d’obtenir une grande perméabilité des conduits et un refroidissement efficace de la charge d’admission, afin de maximiser le rendement volumétrique et les performances du moteur.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

L’harmonisation des géométries d’admission et d’échappement – conjuguée avec l’adoption de variateurs de calage à actionnement continu sur les arbres à cames d’admission, avec l’optimisation de la chambre de combustion et avec le réglage ciblé du moteur – permet d’obtenir 80% du couple maximum dès 2000 tr/mn.
Dans la conduite sportive sur les parcours mixtes, ce moteur se fait apprécier par ses temps de réaction extrêmement courts, grâce à l’importante perméabilité de l’admission et à la faible inertie de l’ensemble volant-embrayage bi-disque.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

Le vilebrequin, muni de contrepoids à 90° et parfaitement équilibré grâce au choix ciblé des bielles et des pistons, réduit considérablement les vibrations pendant le fonctionnement du moteur.

Le groupe bloc moteur/soubassement en aluminium comporte cinq paliers qui assurent la rigidité de la structure et limitent les dispersions d’énergie dues au frottement. Les culasses, quant à elles, sont réalisées en alliage d’aluminium.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

Toutes les canalisations (eau, huile et air secondaire) sont directement réalisées dans les fusions du moteur, ce qui a permis d’obtenir un ensemble très rigide et compact ainsi que des assemblages extrêmement fiables.
Cette architecture, associé à la haute rigidité de tous les éléments à large surface, permet de réduire les émissions sonores du moteur et améliorent la fiabilité des composants.

La configuration longitudinale du moteur a fait l’objet d’une étude minutieuse, comme en témoigne l’adoption d’une commande de la distribution mono-chaîne, gage d’une longévité hors pair.

Alfa Romeo 8C Competizione Concept (Frankfurt 2003)

Enfin, une attention particulière a été portée à l’optimisation sonore de l’admission et de l’échappement, en recherchant des timbres capables de rendre la voiture immédiatement reconnaissable. Il en résulte un son caractéristique et “plein”, accentué par un système d’admission à haute perméabilité et par un circuit d’échappement doté de soupapes à commande électronique, qui mettent en valeur la sonorité de la voiture, dans le plein respect des contraintes d’homologation et des normes en matière d’émissions sonores.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

Transmission, boîte de vitesses robotisée et différentiel autobloquant.

Pour la 8C Competizione, les ingénieurs ont opté pour un schéma qui a désormais fait ses preuves : l’architecture “transaxle” avec boîte de vitesses arrière, qui fait partie du patrimoine d’Alfa Romeo. Cette géométrie assure un comportement dynamique irréprochable, tout en garantissant la sécurité active qui a toujours fait la renommée des voitures de la Marque.

Alfa Romeo 8C Competizione Concept (Frankfurt 2003)

L’architecture du groupe moteur/boîte de vitesses permet une répartition idéale des poids, au profit de la maniabilité de la voiture. Grâce à la dimension axiale compacte du moteur et à son intégration avec les éléments du châssis dès les premières phases de développement, l’ensemble motopropulseur occupe une position très reculée, typique d’une voiture à la vocation résolument sportive.

2007 Alfa Romeo 8C Competizione.

La boîte de vitesses à six rapports, avec sélection électronique des vitesses à l’aide des leviers situés à l’arrière du volant, a été mise au point pour garantir des changements de rapports très rapides. Elle comporte plusieurs modes de fonctionnement : Manuel-Normal ; Manuel-Sport ; Automatique-Normal ; Automatique-Sport ; Ice. Enfin, le différentiel autobloquant permet de gérer efficacement les accélérations, au bénéfice de la stabilité en toutes circonstances.

Alfa Romeo 8C Competizione Concept (Frankfurt 2003)

Suspensions, roues et système de freinage.

Selon la meilleure tradition Alfa Romeo, les solutions techniques retenues pour le nouveau modèle proviennent directement du monde des compétitions. C’est le cas, entre autres, des suspensions, qui adoptent un schéma en quadrilatères avec des porte-moyeux et des bras en aluminium forgé ainsi qu’une jambe supplémentaire pour le contrôle du pincement.

Alfa Romeo 8C Spider Concept (Villa D'Este 2005)

Pour assurer un freinage puissant et efficace, notamment dans la conduite sportive, le circuit comporte des disques percés et autoventilés ainsi que des étriers de freins en aluminium. Afin de “coller” la voiture à la chaussée, les ingénieurs ont choisi des pneumatiques de 20”, spécialement étudiés pour garantir des performances de haut niveau (245/35 à l’avant et 285/35 à l’arrière), avec des jantes en aluminium fluo-formé pour réduire le poids et assurer une ventilation efficace des freins.

Enfin, pour assurer une utilisation agréable et sûre dans toutes les conditions de conduite, la 8C Competizione propose la dernière version du VDC Alfa Romeo, système évolué qui gère la stabilité et la traction, gage d’une parfaite maîtrise de la voiture.

1970-1977 Alfa Romeo Montreal.

Une structure rigide et légère à la fois.

Une structure rigide et légère à la fois : il s’agit là d’une règle incontournable pour dessiner une voiture hautes performances et c’est aussi l’un des principes inspirateurs de la 8C Competizione. En détail, le châssis compact en acier permet d’obtenir une rigidité à la torsion maximale, au profit d’une conduite précise et sûre. La coque, quant à elle, est réalisée en fibre de carbone. Ce choix a été dicté par la nécessité de minimiser les poids et d’optimiser le barycentre de la voiture, au bénéfice de son agilité sur les parcours les plus difficiles.

Alfa Romeo 8C Competizione Concept (Frankfurt 2003)

Habitacle : tempérament et technologie.

L’habitacle est caractérisé par l’utilisation systématique de matériaux composites, notamment au niveau de la planche de bord et des panneaux. Ce choix technique accentue l’esprit original de la voiture, en mettant en valeur son tempérament. Les sièges anatomiques en fibre de carbone peuvent être réglés et personnalisés en fonction de la morphologie des occupants (une particularité réservés jusqu’à hier aux voitures de compétition).

Alfa Romeo 8C Competizione Concept (Frankfurt 2003)

Tout a été conçu et réalisé afin de garantir une ergonomie maximale, tant pour le conducteur que pour le passager : conduite décontractée, instrumentation parfaitement lisible et rationnelle, leviers de commande de la boîte robotisée sur la colonne de direction, accessibles sans lâcher le volant.

Le soin du détail permettra la personnalisation de la voiture selon les goûts du client, lequel pourra choisir parmi plusieurs niveaux de finition.

1931-34 Alfa Romeo 8C 2300.

Le plaisir absolu de la conduite sportive.

Il suffit de la regarder pour en être séduit : pneumatiques larges, assiette surbaissée, style à la fois agressif et équilibré. Simplement belle. Avec sa sonorité “pleine” et convaincante, le moteur procure d’intenses émotions. Il ne reste plus qu’à s’installer au volant, enclencher la 1ère et essayer l’Alfa 8C Competizione. Un doute plane pourtant : comment conduire une voiture de sport dont le capot dissimule un moteur 8 cylindres de 4.700 cm3, qui développe une puissance de 450 ch et un couple de 470 Nm ? La réponse est inattendue : en toute simplicité, de manière encore plus facile et intuitive que sur notre voiture de tous les jours. A condition de s’accorder le temps et, surtout, le plaisir de se familiariser avec des commandes plus directes et des réactions plus immédiates, en découvrant petit à petit la vocation de la nouvelle Alfa 8C Competizione, parfaitement à l’aise sur les parcours mixtes ou les circuits, où la vitesse et les accélérations transversales sont plus difficiles à maîtriser. C’est alors que la voiture réserve des émotions que seule une “sportive” racée sait procurer.

1925-1930 Alfa Romeo P2.

L’Alfa 8C Competizione est une “Alfa Romeo racée”. Sa tenue de route et le plaisir de conduite qu’elle procure rejettent tout compromis. Le confort de marche et le comportement dynamique sont depuis toujours des caractéristiques qui distinguent les Alfa Romeo, Dans le cas présent, ils deviennent de véritables atouts majeurs.

1935-1937 Alfa Romeo 8C 2900 A.

Alfa 8C Competizione : un nom légendaire pour une voiture unique.

Dès ses origines, l’esprit Alfa Romeo n’a cessé d’aspirer à la perfection technique, en s’exprimant au travers de performances de plus en plus élevées. Les moteurs ont toujours été au cœur de cette recherche. Les circuits du monde entier ont servi de décor aux triomphes sportifs d’Alfa Romeo, synonyme d’un patrimoine technique et technologique hors pair.

Véritable clé de voûte de l’évolution technique d’Alfa Romeo, le moteur 8 cylindres fut mis au point, dans la première moitié des années 20, par un jeune ingénieur, Vittorio Jano, qui travaillait à l’époque à la refonte du moteur 6 cylindres. Cette décision fut prise afin de répondre aux exigences des clients des voitures “de série” ainsi que pour riposter aux assauts de la concurrence dans les compétitions.

1931 Alfa Romeo 8C 2300 Monza.

Les premiers essais d’une voiture 8C eurent lieu en 1923 avec la P1, déjà équipée d’un compresseur et d’un double allumage, puis avec la P2. Les débuts furent très prometteurs : en 1925, l’Alfa Romeo P2 remporta son premier Championnat du Monde. Les retombées positives de ces innovations ne profitèrent pas uniquement aux voitures de sport et leur gloire fut bientôt symbolisée, sur l’écusson “Alfa Romeo – Milano”, sous forme d’une couronne de laurier, élément graphique qui caractérisera depuis toutes les voitures de la Marque.

1932 Alfa Romeo Tipo B (P3).

Au début des années 30, les puissants et fiables moteurs 8 cylindres – désormais réalisés en alliage léger – “ronronnent” sous le capot d’élégants cabriolets et coupés (aménagés, entre autres, par les carrossiers milanais Zagato et Castagna) et vrombissent sur les routes poussiéreuses des “Mille Miglia” et de la “Targa Florio”, en enrichissant un palmarès exceptionnel. Rappelons en particulier les victoires enthousiasmantes de l’Alfa Romeo 8C en 1931, 1932, 1933 et 1934 à Le Mans (en hommage à ces triomphes, le logo “Le Mans” sera ajouté à la dénomination de cette voiture).

1934 Alfa Romeo Tipo B Aerodinamica.

Le sommet technique est atteint par le moteur 8 cylindres qui équipe l’Alfa Romeo Tipo B, dite aussi “P3” pour mettre en évidence sa continuité technologique par rapport à la P2. Campari, Nuvolari, Caracciola, Borzacchini, Marinoni, Guidotti et Fagioli ne sont que quelques-uns parmi les champions dont les succès sont indissolublement liés au moteur 8C, victorieux sur les circuits du monde entier dans ses versions de 1932 et 1934.

1947-1950 Alfa Romeo 158 Alfetta.

L’évolution et la recherche constantes permettent de réaliser un autre chef-d’œuvre : la 8C 2900, dominatrice incontestée des courses dans la deuxième moitié des années 30 : des “Mille Miglia” aux 24 heures du Mans, où Biondetti domine au volant d’une sublime 8C, expressément carrossée par Touring pour cette compétition. Ce moteur affiche une longévité exemplaire : en 1947, la 8C 2900 B triomphe aux “Mille Miglia”avec l’équipage Biondetti-Romano, en démontrant une fois de plus, sur un parcours particulièrement éprouvant, la puissance et la fiabilité extraordinaires des moteurs Alfa Romeo.

1951 Alfa Romeo Tipo 159 Alfetta.

La Deuxième Guerre Mondiale met fin – temporairement – aux victoires de la 158. En 1946, c’est au tour de la mythique 159 “Alfetta”, qui incarne la meilleure ingénierie de l’époque. Selon Juan Manuel Fangio, conduire ce “8 cylindres” revenait à “manier l’archet d’un Stradivarius”. La 158 d’abord, puis la 159 offrent à la Marque les deux premiers Championnats du Monde de F1 modernes : en 1950 avec Nino Farina et en 1951 avec Fangio.

1965 Alfa Romeo Giulia Tubolare Zagato TZ 2.

Après ces succès en F1, Alfa Romeo décide d’abandonner les compétitions pour consacrer toutes ses ressources à la production de la nouvelle 1900 et, plus tard, de la gamme Giulietta. L’année 1967 marque le retour des puissants moteurs 8 cylindres qui équipent les Alfa 33 de compétition et leur version routière, aux lignes séduisantes et agressives. Leurs débuts sportifs sont enthousiasmants : Teodoro Zeccoli monte sur la marche la plus haute du podium à l’issue de la course de côte de Fleron, en Belgique, remportée au volant d’une 33/2 Sport Prototipo.

Alfa Romeo 33/2 Stradale.

Au cours des années 70, d’autres Alfa 33 remportent de nombreux succès sur les pistes et les circuits du monde entier. Leur perfection technique est transposée sur des voitures de série. C’est le cas, entre autres, de la Montreal, prestigieux modèle haute performances, équipé d’un moteur 8 cylindres dérivé de celui des Alfa 33 de compétition. En 1977, un moteur 8 cylindres équipe une série spéciale de l’Alfetta GTV, réalisée par Autodelta, qui perpétue ainsi la tradition sportive appliquée à la production des moteurs.

Aujourd’hui, ce “cœur” légendaire continue de battre sous le capot de la nouvelle Alfa 8C Competizione.

Alfa Romeo 33/2 Sport-Prototipo.